Se satisfaire de ce que l’on a.

Posté le 04 Mar. 2019 dans : Développement personnel, Zéro Déchet

Photo by Patricia E on Unsplash

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de satisfaction. Parce qu’à chaque fois que je me plonge dans la lecture de blogs ou que je me balade sur Facebook, j’ai l’impression que le monde entier m’encourage à acheter toujours plus de trucs. La notion de besoin, la peur du manque sont autant d’émotions que nous partageons universellement et qui nous poussent à consommer toujours plus alors que notre planète suffoque à cause de la surproduction et croule sous des tonnes de déchets.

Bref, loin de moi l’idée de vous déprimer (malgré cette introduction), je voudrais au contraire partager quelques pistes de réflexion pour essayer de penser différemment et de vivre davantage dans une mentalité d’abondance, où rien ne semble nous manquer.

Attention hein, j’ai pas totalement craqué hein. À mes yeux, vivre dans un esprit d’abondance ne veut pas dire être multi-millionaire et vivre dans une villa à 4 étages à Miami. Par exemple, je me sens aujourd’hui bien plus riche qu’il y a 10 ans alors que je gagne moitié moins d’argent et que je vis de façon beaucoup plus frugale. Tout simplement parce que j’ai appris à vivre différemment.

Entre mes 20 et mes 30 ans, je voulais tout réussir. Cocher les cases et faire ce qu’on attendait de moi, voir davantage. Une chouette carrière, un joli mariage, des chiens formidables et un dressing parfait… Bref j’étais à fond dans « l’overachievement » et chaque échec ou contretemps me mettait dans des états pas possibles. En plus, l’addition de cette mentalité + mon hyperactivité faisait de moi une excellente candidate au burn-out que j’ai évité en posant ma démission et en me ré-orientant professionnellement.

Je ne pense pas être complètement guérie de ça… J’ai souvent l’impression d’avoir tout à prouver et d’en faire des caisses, comme si ma réussite conditionnait totalement ce que les gens pourraient penser de moi. Mais j’ai appris à prendre du recul et à me focaliser sur ce que je voulais devenir en faisant mon 360°.

La différence majeure entre qui j’étais et qui je suis devenue c’est que j’ai appris à me satisfaire de ce que j’avais, et que je pèse maintenant chaque décision avec beaucoup de soin. Que ce soit pour acheter un nouveau fauteuil (d’occasion) ou de choisir avec qui je décide de nouer des partenariats durables, je réfléchis aux implications et je dis très souvent non. Ce cheminement, vous l’avez vu se dessiner ici et vous savez qu’il est encore loin d’être parfait. Néanmoins, je voulais partager avec vous ce qui m’a permis de conduire ces changements qui me rendent heureuse et pleinement satisfaite de ce que j’ai aujourd’hui.

Comment être satisfait de ce que l’on a ?

  1. Désencombrer votre intérieur & votre quotidien : trier, ranger, marie-kondoiser… Savoir où chaque objet se trouve chez soi est extrêmement apaisant et cela évite les achats de doublons ou superflus. Si vous faites attention à votre intérieur, vous n’aurez pas envie d’y faire rentrer des objets moches et/ou inutiles.
  2. Définir ce que vous voulez vraiment : Pour mon année 2019 cela tient en 2 phrases; ne plus avoir aucune dette ni aucun crédit et faire un peu de sport tous les jours. Du coup dès que je considère un nouvel achat je me demande si cela va servir ce que je veux vraiment. 99% du temps, la réponse est non.
  3. Bien s’entourer : On est souvent conditionnés par notre entourage, et il est beaucoup plus facile de prendre de bonnes décisions quand on a de bons exemples autour de soi. Et si tous vos potes et votre famille sont de gros surconsommateurs, et bien … soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. (C’est une citation de Gandhi hein, moi j’ai rien inventé. Enfin si mais je crois qu’avoir pensé à mélanger de la viande des grisons à du babybel ça vaut pas un prix Nobel de la Paix).
  4. Agir : Ce qui est top quand on lit plein de trucs de développement personnel c’est qu’on est ultra-motivés au moment de la lecture et que tous ces changements semblent à portée de main. Enfin jusqu’à ce qu’on ferme son navigateur web ou son bouquin et qu’on retombe dans ses anciens travers. Donc même si ce n’est qu’une seule action toute petite, mettez-là en place dès maintenant. N’attendez pas le bon moment pour commencer, il n’arrive jamais.
  5. Apprendre à recevoir : Se satisfaire de ce que l’on a peut parfois conduire à une certaine frugalité. Pourtant, l’univers vous offrira souvent l’abondance en récompense, ne la refusez pas. Par exemple si votre famille veut vous inviter à dîner ou en vacances, dites-oui. En revanche si c’est juste un mec qui veut vous filer un stylo gratos, je compte sur vous pour dire non hein (parce que 1. ça ne va pas être joli chez vous, 2. ça ne servira pas la personne que vous voulez devenir).

J’espère que ce nouveau sujet vous aura plu, et je suis preneuse de toutes vos bonnes idées afin qu’on se satisfasse ensemble de ce que l’on a et qu’on consomme un peu moins 😉 Bises !