background header
Développement personnel Méditation Santé

Lutter contre l’anxiété : comment la combattre et prendre sa vie en main

Bon, j’ai beau être championne de méditation, faire du sport souvent, bien manger et être plutôt organisée, je suis par nature super anxieuse.

Je pense que ma façon de lutter c’est justement de beaucoup bosser, bien m’organiser et me tenir à un planning strict pour éviter de paniquer quand je me retrouve avec des deadlines importantes sur de gros projets.

DeathtoStock_London2

Et pourtant parfois, la vie fait que je panique totalement et je me lève en n’ayant qu’une envie : faire un marathon Game of Thrones au fond de mon lit pendant toute la journée (et on va pas se mentir, ça arrive !)

Au fil des années j’ai développé quelques réflexes simples dans ces moments où j’ai l’impression que tout fout le camp, du coup j’ai pensé que ça pourrait vous aider de les partager avec vous !

1/ Prendre du temps pour soi au réveil

Ne pas allumer son téléphone ou lire ses emails à la sortie du lit. Prendre le temps de se faire un thé ou un café et écrire une petite to do list des choses à faire dans la journée. Je mets 3 à 5 choses à faire, jamais plus, et je les organise par ordre de priorité.

En général ça me permet de remettre les choses en perspective et d’organiser ma journée de manière calme & rationnelle.

2/ Se débarrasser des trucs stressants dès le début de la journée

Tous les éléments les plus importants / stressants de ma to do doivent être traités en premier. Je prends le temps de lire et de répondre à mes emails et ensuite je consacre une heure ou deux à les faire. Résultat : un esprit soulagé et plus clair pour le reste de la journée !

3/ Se déconcentrer > Se reconcentrer

C’est un point hyper clé. On trouve toujours mieux à faire quand on angoisse, et surtout on devient champion de la procrastination : par exemple mon appart n’est jamais aussi propre que quand je suis angoissée 😉

Donc dès que je vois que je me déconcentre, je repars directement sur la tâche que je devais finir. Pas besoin de se flageller, ça arrive aux meilleurs d’entre nous, la clé c’est de s’y remettre dès qu’on prend conscience qu’on a perdu le fil !

4/ Bouger

Si je ne suis pas capable d’aller faire du sport, je me force au moins à faire une grande balade ou un tour de vélo pour me vider l’esprit. Si je n’ai pas le temps de sortir je fais au moins un peu de yoga devant une vidéo youtube ou juste une série d’étirements.

Je ré-oxygène mon corps et je reviens dans le moment présent (truc de hippie, je sais).

5/ Bien manger

Manger n’importe quoi quand on est anxieux, c’est la porte ouverte à la culpabilité et physiologiquement, on inflige à son corps un stress supplémentaire. Donc mieux vaut une grande salade ou une bonne soupe plutôt qu’un gros burger.

Après si un carré de chocolat vous aide, je ne suis personne pour juger (d’ailleurs j’ai mangé des petits oeufs Milka hier et c’était fantastique).

6/ Bien s’entourer

Appelez vos potes, allez prendre un verre ou dîner, prévoyez un week-end entre amis ou avec votre moitié. Surtout n’hésitez pas à en parler aux gens qui vous entourent !

Si l’angoisse est trop forte, beaucoup de thérapeutes peuvent aussi vous aider. Rester dans son propre mal-être quand il y a des centaines de solutions c’est dommage !

Et si la thérapie ce n’est pas pour vous, allez vous faire masser, faites un sauna, bref prenez soin de vous !

Et vous alors ? C’est quoi vos astuces pour gérer vos angoisses ? Dites moi tout, ça m’intéresse 😉

Commentaires

commentaires

Vous aimerez aussi...

  • Elise-Violette Van Caeyzeele
    15 mai 2015 at 8 h 33 min

    Salut Camille!

    Super angoissée de nature et maniaque du contrôle, j’ai achetée un agenda Parce que j’en avais marre de ne pas me sentir organisée par manque de planning concret.
    Résultat je prépare mon emploi du temps une voire deux semaines à l’avance… Et j’ai tendance à surcharger mes to do list. Résultat en fin de journée si je n’ai pas honoré la totalité de la to do list je me sens « bonne a rien »…
    Du coup je suis encore en apprentissage pour relativiser et me dire que j’ai quand même été productive ^^
    Mais parfois c’est un peu dur de relativiser quand il y a une mauvaise nouvelle, des imprévus qui tombent… Alors je me pose et je me concentre sur ma respiration. Et en général ça fonctionne.

    Maaaaiiis avouons le ! Un épisode de GOT de temps en temps ça fait pas de mal pour se calmer! Surtout quand le générique te fait te sentir héroïque et vaillante !! Lol

    Merci pour tous ces conseils.

    Bisous.

    • Camille
      15 mai 2015 at 14 h 03 min

      Le club des maniaques du contrôle est dans la place 😉

      Bisous !

    • Chloé P
      15 mai 2015 at 21 h 41 min

      Tu n’es pas seule à avoir ce problème avec les to-do lists ! Pour ma part j’essaie d’y pallier en me listant les choses comme des objectifs que je vais essayer d’atteindre et non comme des choses à faire. La nuance est subtile mais ça détend un peu mon surmoi !

  • Maheva
    15 mai 2015 at 9 h 10 min

    Merci pour cet article! Je rejoins Elise; en bonne victime d’un « anxiety disorder » bien carabiné, j’ai découvert que ma super productivité, limite obsessionnelle résultait de ma peur de l’ennui profond (qui me guette dès que je n’ai pas d’objectif.) Mais comme cela se couple souvent avec des phases d’apathie, les to-do list restent quand même une bonne solution, si elles sont soft, comme tu dis. J’ai quand même compris ces derniers temps, qu’apprendre à vivre le présent était un challenge de ouf pour moi; faire une ballade, se poser et regarder un film sans lire en même temps, passer un jour sans se donner de dead-line… Lâcher quoi. Apprendre à ne plus avoir peur du vide, c’est la plus grosse difficulté je pense. Des bises!

    • Camille
      15 mai 2015 at 14 h 04 min

      C’est clair que c’est un vrai challenge de rester dans le moment. Perso la meilleure solution que j’ai trouvé c’est de lâcher mon téléphone et de partir promener mes chiens, ça me remet complètement dans le présent de devoir les empêcher de manger tout ce qui traîne parterre 😉

  • binnie
    15 mai 2015 at 10 h 10 min

    Hello, merci d’avoir partagé tout ça. Pour m’obliger à faire des pauses quand je suis entrain de travailler sur quelques chose de très prenant et que j’ai envie de finir d’un traite (ce qui m’arrive tout le temps et qui plutôt mauvais), j’essaie d’utiliser Pomodoro http://en.wikipedia.org/wiki/Pomodoro_Technique — et de mon expérience, ça permet :
    1/ De compartimenter ton travail, de déculpabiliser et déstresser du temps passé sur une tâche. Tu peux pré allouer du temps à une tâche donnée. Quand je fais ça, j’ai moins l’impression que le temps «file» et que je n’avance pas, car en fait je réalise que je travaille vite et que mon travail rentre super bien dans mes pomodori. Tu peux par exemple te donner quatre pomodori pour écrire un article pour ton blog, et même s’il t’en prends que deux, ou trois et demi, une fois que tu as alloué du temps, tu te sens «armée» pour travailler (le mot est fort, mais juste), et tu te sens plus légitime dans le fait de dépenser du temps pour faire ce que tu es entrain de faire.
    2 / D’overrider le point 3 dont tu parles «Se déconcentrer > Se reconcentrer», car on a rarement le temps de se déconcentrer en 25 minutes — notamment quand on sait qu’on va *devoir* faire une pause à l’issue de ces 25 minutes.
    2/ De travailler avec de l’énergie, car en 25 minutes, on a pas le temps de s’épuiser mentalement, et ensuite on récupère de l’énergie pendant la pause.
    3/ D’être plus créatif, car faire des breaks permet de «laisser entrer les idées» — qui ont plus de mal à s’imiscer dans ton flot de pensées si tu bosses sans relâche pendant des heures. C’est d’ailleurs pour ça, à la base, que la technique à été créée : pour être plus créatif.
    C’est une méthode géniale pour les gens qui «oublient» de faire des pauses et se sentent toujours pressés, ne savent pas quand s’arrêter, etc. Elle parait assez bête et vaine ainsi, mais apporte beaucoup dès qu’on la met en pratique.
    Bisous !

    • Camille
      15 mai 2015 at 14 h 12 min

      Je connaissais pas du tout, je suis bluffée ! Je vais tester du coup, merci beaucoup Sabrinou !

      • binnie
        15 mai 2015 at 14 h 32 min

        Mais de rien ! Merci à toi pour les trucs top cools à lire sur ce blog <3

  • Audrey
    15 mai 2015 at 12 h 23 min

    #teamangoissée! 3 minutes de respiration ventrale quand je sens que ça monte, ça résout 90% de mes épisodes d’angoisses, surtout si je peux la coupler avec un bol d’air…
    Les 10% restants ont parfois besoin d’un focus plus important, d’un tri de commode, d’un rangement des livres par couleur de tranche (oui je fais ça) (ne m’enfermez pas) ou d’un petit run à fond.
    Ou d’une bonne crise de larmes, soyons honnêtes 🙂
    Et oui le carré de chocolaaaaaaaaaaat noir à 70% aide toujours.
    Des bisous!!

    • Camille
      15 mai 2015 at 14 h 13 min

      Tu m’as donné envie de trier mon placard à chaussettes.

  • Chloé P
    15 mai 2015 at 21 h 36 min

    Ahah le ménage procrastinateur me parle beaucoup ! Pour ma part, quand j’angoisse, j’ai tendance à me mettre à faire mille choses à la fois (essayer de travailler tout en écoutant de la musique tout en mangeant un truc tout en checkant frénétiquement mes mails et mon FB…), je m’éparpille dans tous les sens et mon coeur accélère, ça empire les choses et ainsi de suite.
    Quand je sens que ça monte et que je me vois rentrer dans ce cercle vicieux, j’essaie surtout de m’arrêter : je m’allonge, je ferme les yeux et j’écoute de la musique douce ou fais des exercices de respiration. Si c’est vraiment la cata, perdu pour perdu, je fais des choses qui prennent du temps sur ce que j’étais censée faire (car j’angoisse surtout quand je dois travailler et n’y arrive pas) mais m’aident à me calmer : aller courir 1 heure, me faire un gommage de tout le corps (ça prend du temps, mais aux grands maux les grands remèdes), faire une sieste avec des huiles essentielles.
    Lorsque l’angoisse vient dès le réveil, je me force à faire une micro séance de yoga avant de petit déjeuner (rien de foufou, quelques salutations au soleil qui font leur petit effet), ça me permet de prendre du recul avant de commencer à manger et donc de ne pas me mettre à manger trop. Être ballonnée et culpabiliser dès le matin est la meilleure manière de mal commencer la journée…
    Ceci dit, tout ça est plus facile à dire qu’à mettre en pratique et il m’arrive trop souvent de ne pas utiliser tous ces « outils » pourtant très efficaces. Comprendre à temps qu’on est en train d’angoisser et qu’il faut passer en mode sauvetage, là est toute la difficulté !

    • Camille
      16 mai 2015 at 10 h 53 min

      Exactement ! Même en ayant les bons outils c’est parfois compliqué de rester dans le moment présent !

  • Camille
    16 mai 2015 at 3 h 59 min

    Hello ! Bon alors moi je dois d’abord te dire que j’ai connu ton blog il y a juste quelques jours et que j’ai environ lu toutes tes archives (ou presque), mais j’aime beaucoup-beaucoup et je me retrouve beaucoup-beaucoup dans un peu tout.
    Pour le sujet du jour, je suis aussi dans la team Pomodoro ! J’ai découvert cette méthode de travail l’an passé, quand j’étais free lance et que j’avais beaucoup plus de mal à structurer mes journées et maintenant – repassée dans le monde des salariés – je l’utilise moins, mais dès que je me sens un peu trop angoissée des deadlines ou tout ça, je me force à appliquer ça. C,est assez bluffant d’efficacité (mais comme j’ai lu dans les commentaire que quelqu’un en avait parlé, je vais pas tout redire), et moi ça canalise beaucoup mon stress.
    Sinon, c’est tout con aussi, mais j’ai toujours-toujours une grande bouteille d’eau pétillante avec moi : ça me force à boire doucement et donc d’être un peu plus concentrée sur mon action de « je bois de l’eau » et donc, ça me coupe un peu du stress et me force à prendre un micro-recul sur ce que je suis en train de faire (ça sonne un peu hippie, mais bon).
    Voilà !

    • Camille
      16 mai 2015 at 10 h 52 min

      Salut Camille,

      Merci beaucoup pour ton commentaire c’est super gentil et je suis très heureuse que le blog te plaise !

      Je vais vraiment essayer Pomodoro vu tout le bien que vous en dites ! Et pour l’eau gazeuse c’est une chouette idée 😉

      Bises!

  • Ines
    16 mai 2015 at 12 h 51 min

    Ma méthode perso c’est… de me laver les cheveux. Comme ils sont très longs et très épais, je prends au moins une heure une fois par semaine pour laver/faire un massage du cuir chevelu/démêler/faire un soin/m’épiler ou faire un masque d’argile pendant que le soin pose/ et si j’ai encore un peu de temps, me mettre devant un épisode de série avec une serviette enroulée sur ma tête pour commencer à les sécher.
    Je choisis toujours un moment ou je me sens tendue pour faire ça, parce que c’est absolument radical !

    • Camille
      16 mai 2015 at 15 h 10 min

      Une technique toute douce et très chouette 🙂

  • Tata Emma
    16 mai 2015 at 15 h 14 min

    Merci pour cet article dans lequel je me reconnais vraiment ^^ #TeamAngoissée
    Un truc que j’ai appris en thérapie et qui pourra peut-être aider : il y a un point d’accupression dans la poitrine qu’on peut masser lentement et profondément pendant quelques minutes (il doit y avoir des photos sur internet). Ca soulage beaucoup, c’est 100% naturel et gratuit. Le corps humain est merveilleux 🙂

    Sinon moi aussi je fais des petites listes le matin pour me fixer quelques objectifs réalisables (enfin j’essaye) dans la journée, ça permet de savoir où on va et de ne pas se sentir dépassée. Il faut aussi bien prendre le temps de faire des petites pauses pour s’aérer l’esprit et repartir du bon pied. Pour moi il n’y a qu’une seule solution : poser le téléphone et l’ordi fermé dans une autre pièce, sinon je me perds dans les méandres des réseaux sociaux ! Une petite ballade, une méditation de 10-15 minutes suffisent à me remettre d’aplomb et à faire redescendre la pression.

    Et surtout : soyez indulgents avec vous mêmes les gars 🙂 Même quand on cède à la panique, qu’on s’enfouit sous la couette pendant des heures ou qu’on n’arrive pas au bout de sa to-do list ce qui compte c’est de se remettre en selle !

    • Camille
      17 mai 2015 at 9 h 27 min

      Je vais étudier cette histoire de point d’accupression tout de suite 😉

      Et sinon je suis totalement ok avec toi : se balader, méditer et surtout être indulgent envers soi-même !

  • Violhaine Larsen
    18 mai 2015 at 13 h 53 min

    Ah merci infiniment aux commentaires pour la technique Pomodoro, j’ai enfin trouvé quelque chose qui fonctionne pour moi !

    🙂

  • Angie
    18 mai 2015 at 20 h 13 min

    Et puis y’a les fleurs de bach aussi, ça marche bien sur moi. J’ai toujours du Rescue dans mon sac pour mes moments de paniques, ça marche !

    • Camille
      18 mai 2015 at 20 h 21 min

      Ouiii !

  • Holistique/bien etre | Pearltrees
    19 mai 2015 at 10 h 06 min

    […] Lutter contre l’anxiété : comment la combattre et prendre sa vie en main | Mange Tes Légumes. […]

  • Benjamin Durand--Ody
    19 mai 2015 at 16 h 28 min

    Bonjour à tous
    Moi cest un peu hs avec le sujet et vos réponses mais j’aurais aimé savoir comment se manifeste le stress chez vous ?
    C’est un peu idiot mais je connais des épisodes de stress assez dur à gérer depuis presque 2 ans, genre douleur dans la poitrine à gauche, difficultés à respirer par moment… J’ai fait tous les tests physique sur le coeur et y a rien, de plus avec le temps j’ai clairement vu qu’il y avait des situations où ça me le faisait et d’autre non mais j’aurais aimé savoir si du monde vivait ou avait vécu ça ?
    Du coup je prends de leuphytose tous les jours, et j’ai toujours un tube de gelsemium avec moi

    Ah et Camille encore merci pour ton blog qui est au top

    • Camille
      20 mai 2015 at 8 h 25 min

      Salut Benjamin !

      Alors ça dépend : certaines personnes ont des tremblements, d’autres des problèmes à respirer ou encore certains se retrouvent paralysés… On est tous différents devant l’angoisse.

      En ce qui te concerne, je pense qu’apprendre certaines techniques respiratoires ou te mettre à la sophrologie pourrait beaucoup t’aider !

      Tiens moi au courant 🙂

      • Benjamin Durand--Ody
        20 mai 2015 at 12 h 04 min

        Ah oui donc si je parle de douleur dans la poitrine gauche, dans le bras gauche (comme pour une crise cardiaque), de l’impression d’une boule dans la gorge qui peut aller jusqu’à me gêner pour respirer… Ça n’aurait rien de « choquant »? Car disons que c’est vraiment pas évident d’associer des sensations physiques à un soucis psychologique
        Oui j’y ai pensé, la recherche d’un spécialiste est en cours pour la sophrologie, si par hasard tu as des noms à conseiller ?
        Sinon j’ai essayé de mon côté les méditations mais en pleine crise j’ai un peu de mal à me concentrer dessus

        • Tata Emma
          21 mai 2015 at 0 h 44 min

          Je m’incruste dans la conversation pour dire que j’ai exactement les mêmes sensations que toi pendant une crise d’angoisse (soit je tremble comme une feuille, soit j’ai l’impression que je vais faire une crise cardiaque LA TOUT DE SUITE et que ma gorge est ultra serrée). Si tout va bien pour toi au niveau cardiaque, effectivement, ce sont peut-être des attaques de panique. Méditer dans ces cas-là est très difficile, je trouve que la méditation est plutôt efficace sur le long terme pour ne pas se laisser déborder. Face à une crise les techniques de respiration (peut-être la cohérence cardiaque ?) et le tapping/l’acupression peuvent vraiment aider. Je suis prête à prendre le pari que tu as mal dans la poitrine exactement là où se situe le point d’acupression utilisé pour soigner l’angoisse… Tu peux le tapoter vigoureusement pendant quelques minutes pour voir si ça t’aide ou pas. Surtout, il faut se faire aider (sophrologue, psychothérapeute… ce qui te va !) pour ne pas rester avec ces crises qui gâchent la vie alors qu’il y a des solutions 🙂

          • Benjamin Durand--Ody
            21 mai 2015 at 2 h 27 min

            au contraire avec plaisir 🙂
            ah oui, vraiment genre des douleurs qui reviennent de plus en plus fréquemment dans la poitrine, l’impression de mal respirer ou de sentir son coeur tomber? déjà rien que de savoir que ça arrive a d’autre (et avoir vu quelques témoignages sur internet) quelque part ça fait un bien fou, c’est idiot je sais car je le souhaites a personne
            et bien j’ai eu droit a l’échographie du coeur, porter un truc qui suit les battements pendant 1 jour/1 nuit et le test a l’effort (ou tellement stressé je sortais d’une nuit blanche la veille) et tout ça a été positif, de plus y a aucun antécédent dans la famille et je pratique énormément de sport et ce depuis tout jeune, donc j’imagine qu’a ce niveau la je suis blindé (même si ça rassure toujours d’être confirmé)
            alors ce point d’acupression je ne le connais pas mais ou peut on apprendre ce genre de méthode?
            clairement ça gache la vie d’une puissance, j’ai prévu une psychothérapie le problème c’est les délais avant de voir un psy, pour ce qui est d’un sophrologue, j’avais prévu d’en voir un, mais est ce qu’ils sont « tous égaux » ou y en a il des plus particulier a privilégier, des noms de professionnels ou de méthodes sont les bienvenues 🙂
            encore merci pour ta réponse 🙂

          • Tata Emma
            21 mai 2015 at 9 h 28 min

            C’est vrai que pour avoir un rendez-vous chez un psy en moins de 2 mois c’est la galère :/ Si tu es à Paris je ne pourrai pas te conseiller quelqu’un parce que je suis lyonnaise 🙂 Après ce qui compte c’est de ne pas se décourager si ça n’accroche pas. Il ne faut pas hésiter à en voir plusieurs jusqu’à trouver le bon thérapeute/sophrologue etc.

            Pour l’acupression j’ai appris cette technique là en thérapie justement avec une psychologue (à l’époque on faisait de l’EMDR pour traiter un stress post-traumatique, du coup elle m’avait appris cette technique pour gérer les crises d’angoisse entre les séances). Les points utilisés sont ceux de l’acupuncture, seulement au lieu de les piquer on peut les masser/tapoter soi-même au besoin. Pour l’angoisse on peut utiliser le point dans la poitrine (à gauche ou à droite, en dessous le clavicule, il faut chercher le côté et le point le plus sensible) ou encore le point Hoku. Il y en a d’autres dans les poignets mais ils sont un peu plus difficiles à trouver.

            Le meilleur lien que j’ai trouvé pour expliquer :

            http://www.acupression.fr/point-acupression-palais-elegant/ http://www.acupression.fr/point-acupression-hoku/

            Courage 🙂

          • Josephine ropert
            3 juin 2015 at 13 h 09 min

            En parler c’est déja la bonne solution. Le stress n’est pas un problème anodin , il peux affecter la vie de famille,

            voici le site de l’observatoire de la santé, vous y trouverez régulièrement des articles et astuces pour vous sentir mieux.

            j’ai trouvé cet article très intéressant
            http://www.observatoire-sante.fr/le-stress-des-parents-nuit-a-la-sante-de-leurs-enfants/

            et voila le lien de la page facebook : https://www.facebook.com/home.php

        • Camille
          21 mai 2015 at 7 h 55 min

          Yes ça me surprend pas … J’avais fait un article sur la sophro, si t’es à Paris Glawdys chez Yoga & Co est magique : http://mangeteslegumes.net/jai-teste-pour-vous-la-sophrologie/

  • Ariane Faintrenie
    1 octobre 2015 at 12 h 59 min

    Je suis toujours en plein découverte de tes posts, de façon un peu anachronique mais toujours très intéressants!
    Pour ma part, j’ai toujours souffert d’anxiété depuis mon plus jeune age et c’est seulement à la naissance de ma fille il y a un an (événement aussi merveilleux que stressant!), que j’ai enfin mis le doigt dessus: cela s’appelle le TAG (trouble anxieux généralisé) et après des années de diverses thérapies par le dialogue, avec ou sans médocs, avec un psychiatre ou un psychologue, j’ai découvert que LA thérapie pour en venir à bout (ou au moins l’atténuer de façon durable et drastique) est une TCC (thérapie cognitive et comportementale) souvent associée à de la MBSR (mindfull based stress reduction) sur les conseils du thérapeute, bien sur, et qui est obligatoirement diplômé en psychologie.
    Ce type de thérapie demande beaucoup d’investissement personnel et de travail, les résultats sont un peu longs à venir mais époustouflants.
    Cela ne consiste pas à ressasser le passé pour comprendre pourquoi on est comme ça mais à apprendre à supporter les sentiments et émotions désagréables pour mieux les éradiquer petit à petit en modifiant les réponses automatiques du cerveau en cas de stress (agir au lieu de réagir).
    La méditation et des exercices d’observation des pensées et comportements anxieux sont les points centraux de cette thérapie et surtout le fil conducteur pour une efficacité toute au long de la vie…