background header
Développement personnel Lectures Lifestyle

Les Outils des Titans

Je vous ai parlé plein de fois de Tim Ferriss ici. C’est l’un de mes mentors virtuels, l’inspiration derrière mon changement de vie et ​je me réfère souvent à ses écrits lorsque je doute, que je flippe ou que je suis bloquée sur un sujet. « Que dirait Tim ? » est une question que je me pose souvent.

Il faut dire qu’on a plein de points communs Tim et moi : on aime bien le CrossFit, manger paléo, les chiens, le développement personnel, le stoïcisme, le café, et tout connaître des routines des gens qui réussissent. Il a d’ailleurs créé un podcast intitulé The Tim Ferriss Show dans lequel il interviewe de nombreuses personnalités aussi diverses que variées, en essayant toujours de comprendre ce qui se cache derrière leurs succès.

Fort de ces centaines d’heures d’interview, Tim a restitué ses trouvailles dans un livre sorti cette année intitulé « Tools Of Titans« (ndlr : « Les Outils des Géants » en français ahem…). C’est un ouvrage considérable de 704 pages qui retranscrit les meilleurs moments de plus de 200 entretiens menés avec des sportifs de haut niveau tels que Laird Hamilton & Gabby Reece, des scientifiques comme Stephen Hawking ou encore des businessman tels que Jack Dorsey (fondateur de Twitter).

Le livre compte des centaines de conseils pratiques à appliquer dans son quotidien pour être plus en forme, avoir une meilleure hygiène de vie et réussir non seulement professionnellement, mais aussi personnellement. Il y a énormément d’informations, mais voici celles que j’ai personnellement retenues :

Les 7 Outils des Titans :

Je tiens à préciser que le livre renferme des centaines d’outils, je vous restitue uniquement ceux qui m’ont marqué, que je connaissais pas et que j’essaie maintenant d’implémenter dans ma vie !

1. Always smile first

Toujours sourire en premier. Quand mon regard croise celui de quelqu’un d’autre, quand je rentre dans un commerce ou quand j’ai quelque chose à demander, je commence par sourire. C’est un petit truc qui change la vie et la plupart de mes interactions aux autres.

2. The good shit sticks

Les bonnes idées restent. Sachant, j’ai un certain nombre d’idées / projets à la minute et souvent du mal à choisir, j’ai décidé de ne plus m’attacher aux idées et projets que je n’avais pas le temps de développer. Si quelqu’un les développe avant moi, tant mieux, c’est que l’idée ne m’appartenait pas vraiment et qu’elle sera mieux traitée ailleurs. En revanche si une idée me revient de façon insistante, je sais qu’elle devient ma responsabilité et que je me dois de m’en occuper. C’est un concept qu’explique également Elisabeth Gilbert dans « Comme par Magie », quand elle découvre après avoir abandonné un manuscrit qu’une amie a écrit un livre entier sur un sujet quasiment identique, sans qu’elles ne s’en soient jamais parlé. Pendant ce temps, Elisabeth a développé un tout autre ouvrage qui aide probablement beaucoup de créatifs aujourd’hui ! Savoir laisser partir des idées et retenir celles qui reviennent … Ca marche.

3. Get your own routine

Avoir sa propre routine. S’il n’existe pas de routine commune à tous les interviewés du livre, il en ressort néanmoins que chacun(e) est une créature d’habitude et instaure des actions positives répétées dans chacune de ses journées.

Pour moi c’est :

  • 7h : Me lever, sauter du lit sans snoozer
  • 7h10 : Sortir dehors, balader mes chiens & prendre l’air pendant 20 minutes
  • 7h30 : Rentrer, allumer France Inter, lire quelques pages d’un livre
  • 7h40 : Douche
  • 7h50 : Préparer mon petit déjeuner (Retrouvez-ici mes 3 idées de petits déjeuners sains.)
  • 8h05 : Petit déjeuner, prendre mes vitamines (je fais la cure « Forme » de Natura Force)
  • 8h20 : Ecrire dans mon Best Self Journal
  • 8h25 : Consulter mes comptes
  • 8h30 : M’habiller
  • 8h45 : Me brosser les dents, me coiffer
  • 8h50 : Départ pour le début de ma journée>

Maintenant que ma routine du matin est bien construite, je dois travailler sur ma routine du soir pour y ajouter de la méditation et mes séances de sport, mais je sais que ma journée est bien lancée grâce à ma routine qui n’est pourtant pas miraculeuse.

4. Doing > Knowing

Faire > Savoir. La pratique sera toujours supérieure au savoir. Et on peut lire tous les livres de développement personnel au monde, si jamais on ne décide pas de mettre activement en pratique ce que l’on a appris, cela n’aura servi à rien.

Donc maintenant, dès que je lis un livre ou un article qui m’inspire, je note ce que je veux en mettre en place (même si c’est une toute petite action) et je le fais ! Franchement essayez de le faire si vous avez l’impression de ne rien mettre en pratique, c’est bluffant.

5. Be good at suffering

Être doué pour souffrir. Si ma traduction est quelque peu approximative, le concept reste simple. Pour réussir il faut apprendre à souffrir et pousser au delà de l’inconfort et de la douleur. Ce conseil vient d’Amelia Boone qui a remporté les championnats du Monde des courses d’obstacles les plus dures comme la Tough Mudder et la Spartan Race, et qui est également avocate et ultrarunneuse.

Un peu dur de trouver une excuse pour ne pas aller s’entrainer après ça non ?

6. Always ask questions

Toujours poser des questions. Toujours. Juste pour être sûre que j’ai bien compris. Et comprendre le pourquoi du comment de telle ou telle décision. C’est incroyable la différence que cela peut faire dans ma vie.

7. Look on the other side of fear

Regarder de l’autre côté de la peur. Parce que plutôt que de rester coincée face à un mur, autant sauter par dessus et voir ce qu’il se cache derrière. Souvent je suis plus terrifiée par les scénarios que je peux me faire avant une action que par ce qu’il se passe en réalité, j’essaie donc de sauter de l’autre côté du mur le plus souvent possible.


Quelle est la leçon que vous appliquez au quotidien et qui a changé votre vie ?

Vous aimerez aussi...

  • Carole Thiebault

    Merci Camille,

    Bien sympa en effet. Pour moi je prends de moins en moins de décision sous le coup de l’émotion. Je me suis rendue compte que ce n’était que la traduction de ce que je pouvais vivre sur l’instant au plus profond de moi mais que ça ne correspondait pas à mes aspirations sur le long terme.
    Du coup je m’autorise à exprimer mes émotions pour ne pas les enfermer et ensuite je me laisse le temps de la maturation de l’événement perturbateur avant de me ré-interroger sur ce que je veux vraiment.
    En général, cela me permet en plus de mieux définir mes besoins et d’être plus centrée.
    Belle journée

  • C’est un excellent outil que celui de prendre le temps de décider, Carole, merci pour ton partage ! Belle journée à toi aussi.