background header
Beauté Lifestyle Minimalisme

La beauté Zéro Déchet avec Maheva @wildbeautychild

Je connais Maheva depuis bientôt 15 ans via nos mecs de l’époque, et si nos rencontres dans la vraie vie ont été brèves, on a toujours gardé contact via les réseaux sociaux.

Dans la vraie vie, Maheva est institutrice et maman. Passionnée par la beauté et la cosmétique, elle a lancé son propre blog www.wildchild.fr et son compte instagram @wildbeautychild où ça parle de cosméto (forcément), soin, make-up et de plein d’autres sujets qui me tiennent à coeur. 

Les sérums anti-âge de Maheva : recette dispo ici.

 

J’ai lu son blog dès qu’elle l’a lancé, et c’est l’une de mes lectures favorites encore aujourd’hui. C’est ultra sincère, bien écrit, bien pensé et ultra inspirant. Bref, Maheva c’est mon gourou de la beauté Zéro Déchet, j’ai donc voulu lui poser 3 questions sur ce sujet afin que vous & moi on approfondisse nos connaissances en beauté saine & durable !

Interview de Maheva @WildBeautyChild

Quel a été ton déclic pour aller vers le 0 déchet ?

Je dirais, un ras le bol général. Il s’est opéré lentement, mais le déclic a eu lieu en 2016, lors de mon déménagement. J’ai vendu mon appart pour redevenir locataire, et on a donné/jeté la moitié de ce qu’on avait. Disons que le ZD a été un corollaire du minimalisme. J’avais besoin de me recentrer sur l’écriture et les choses vraiment importantes et je me sentais parasitée par mon envie de posséder des choses, et celle de les gérer au quotidien. En parallèle, j’ai commencé à sérieusement réfléchir à ma façon de consommer. J’étais déjà à fond dans le DIY et le bio concernant le soin et la beauté, mais je me suis rendue compte que ça n’était pas forcément plus éthique. Comme je suis une fille dans la demi mesure (non), ma démarche minimaliste et le zéro déchet sont allés de pair. J’ai cessé de me maquiller, j’ai réduit mes soins au minimum et réfléchi à n’utiliser que des produits solides et sans emballages. Ensuite, j’ai commencé à me renseigner, à aller sur des blogs, à demander conseil à ma belle-mère, qui vit vraiment une vie sans déchets depuis les années 70…  et surtout j’ai réalisé à quel point je jetais, tout le temps, alors-même que je ne me considérais pas comme une sur-consommatrice.

Tes 3 produits Zéro Déchet préférés et pourquoi ?

Alors, réponse un peu nulle  : le savon. Je sais bien que ça paraît débile, mais je pense qu’un premier pas vers le ZD, pour des gens qui en ont peur (niveau soin, hein), peut s’opérer avec le retour du bon vieux savon des familles. Un des trucs que j’ai banni de ma vie, c’est le gel douche  : c’est plein de caca, ça s’épuise en deux secondes et c’est emballé, bien-sûr. Le savon, c’est un pas vers les produits solides (shampoing, dentifrices). On se rend compte que c’est pas si pourri et on se réhabitue très bien à ne pas sentir la fraise Tagada en sortant de la douche.

Le deuxième, c’est mon rasoir de papy (le mien avait littéralement le même)  : un rasoir de sûreté, avec des lames remplaçables. J’ai un peu flippé au début pour la prise en main (ça coupe fort) parce que j’ai deux mains gauches, mais si je survis à son utilisation, je pense que tout le monde peut le faire. Il permet de ne plus utiliser de jetables, si comme moi vous détestez l’épilation. Les lames durent longtemps, il faut juste bien le nettoyer, mais ça prend 3 secondes. 

NDLR : Je viens moi-même de changer mon rasoir pour le même que Maheva et je suis complètement convertie !

Ensuite, les carrés en tissu et en éponge que je récupère par caissons chez ma belle-mère, qui fabrique tout. Chez moi,  plus de coton, plus de lingettes, ou d’éponges, on nettoie tout avec du tissu (je dis «  on  », parce que chez nous le partage des tâches est réel, le ZD ne concerne pas que moi). Je les utilise pour me nettoyer le visage, appliquer des hydrolats ou de la lotion, et c’est très bien. Je les lave avec le reste de mes serviettes, ça n’est pas plus contraignant que ça. 

Bonus pas beauté  : ma cafetière japonaise avec des filtres en tissu. Je suis une consommatrice de café à la limite de l’hystérie et j’ai utilisé des capsules et des filtres sans vergogne pendant des années, parce que j’ai un vrai problème. Cette cafetière, c’est ma meilleure amie, et je ne jette absolument rien lorsque je l’utilise. 

Et puis, en fait, le meilleur moyen d’être ZD c’est aussi et justement de moins consommer, je pense que les deux vont de pair. Il n’y a pas d’accessoire magique, peut-être juste un tri à faire dans sa tête pour se demander si on a vraiment besoin d’un highlighter violet ou d’un énième après-shampoing à la noix de coco. 

Ton pire échec 0 déchet et pourquoi ?

Mon plus gros fail, c’est d’avoir voulu tout faire en même temps. On ne s’improvise pas minimaliste/ZD d’un seul coup, et quand on est dans l’excès comme moi, le retour de bâton se fait dans les grandes largeurs. J’ai voulu tout changer d’un coup. Du coup, comme je suis faible et erratique, j’ai rogné sur des trucs et racheté, jeté, moins fait attention aux emballages etc. J’ai galéré avec le shampoing solide (je n’ai pas trouvé le Graal à ce jour) et racheté de bonnes vieilles bouteilles en plastiques, par exemple. 

Aujourd’hui, comme pour tout dans le vie, je veux avancer petit à petit, selon ma personnalité (c’est-à-dire pas organisée). Je vais commencer à faire mon compost, essayer d’acheter en vrac de manière systématique, acheter plus régulièrement de la seconde main… je ne me fous pas la pression. Ce qui est indispensable, selon moi, c’est d’adopter lentement mais sûrement de nouvelle habitudes, et des les ancrer dans son mode de vie. Mais comme il se passe plein d’autres choses palpitantes et prenantes (l’amour, le travail, les amis, la création), il faut trouver le bon équilibre et ne pas en faire une discipline rigoriste. Et puis comme à chaque fois qu’on se lance dans un mouvement, on finit par en voir les côtés moins cools. Comme le capitalisme recycle tout (c’est le cas de le dire), le minimalisme et le ZD deviennent une nouvelle manne et ça fait chier. Parce qu’on en revient toujours au même problème  : qui peut vivre une vie zéro déchet et minimaliste  ? Il faut avoir le temps de penser, de s’organiser, et d’assurer une logistique différente. Je pense qu’à terme on peut vivre moins cher, moins polluer, crée un nouveau rapport au monde  ;  mais ça ne se met pas en place d’un coup et tout le monde n’a pas le temps où l’énergie mentale de se pencher sur ça. Et puis il y a aussi la question de l’égalité hommes/femmes dans ce jeu de la recherche du mieux vivre et du moins jeter. Du coup, je suis toujours à fond, mais je suis bien consciente de toutes ces facteurs.

J’ai demandé à Maheva de partager ses références avec vous, en voici quelques-unes : 

Blogs & Réseaux Sociaux


Encore merci Maheva pour ton temps et tout l’amour porté à tes réponses ! Et si vous avez un produit chouchou ou une grosse loose zéro déchet, n’hésitez pas à les partager en commentaire 😉

Vous aimerez aussi...