background header
Naturopathie Santé

Comment la naturopathie a changé ma vie

Ca fait maintenant 1 an que j’ai terminé mon cursus de naturopathe. Et je reçois tous les jours des emails de futurs élèves naturopathes ou même de gens qui viennent de rentrer en première année.

Crédit : Shutterstock

Crédit : Shutterstock

Avec le recul, j’ai réussi à établir en quoi faire cette formation avait changé ma vie, même si j’ai choisi aujourd’hui de ne pas exercer à mon compte, je ne regrette en rien ma formation. Voici comment elle s’est déroulé et pourquoi elle a changé ma vie :

Au commencement, quand je suis tombée de haut – De Septembre à Décembre

Retourner sur les bancs d’écoles, quand on est hyperactive, c’est pas simple. Les premiers mois ont été vraiment douloureux moralement. Moi qui était habituée à beaucoup bosser, bien gagner ma vie et étant plutôt attachée à certains privilèges de ma vie « d’avant », j’ai été obligée de me redéfinir en tant que personne.

Je n’étais plus cette jeune femme qui bosse dans une boite prestigieuse, qui mange sainement (par rapport à ses collègues) et qui fait du sport. J’avais amorcé ma transition vers le « mieux-être » depuis un bon moment et pourtant je me retrouvais au milieu de gens beaucoup plus portés que moi sur le bien-être. Je ne suis pas végétalienne, j’aime bien le vin rouge et il m’arrive parfois de faire la fête et de me coucher tard.

C’est vrai après tout, j’étais qui si je n’étais pas la fille au train de vie le plus sain dans la pièce, qui étais-je ?

En plus de tous ces coups portés à l’égo, j’étais un peu emmerdée parce que mes cours remettaient en cause un bon nombre de mes convictions sur l’alimentation. Le problème d’un cursus en naturopathie c’est qu’on réalise rapidement que la plupart des aliments qu’on a l’habitude de consommer sont souvent dévitalisés (sans vitamines et sans minéraux du fait des modes de transport, de conservation ou de cuisson) ou plutôt nocifs pour l’intestin.

Du coup, je ne savais plus quoi manger, j’avais l’impression de ne pas en faire assez, de ne pas respecter mon corps ni mon esprit, et de ne pas être en mesure de prêcher ce que j’étais moi-même pas forcément capable d’appliquer… Bref je paniquais.

Au milieu, quand j’ai tout rejeté en bloc – De Janvier à Mai

Je remets en question tout ce qu’on me dit. J’aime bien faire l’inverse de ce qu’on me demande. C’est ma nature.

Donc à trop être entourée de gens hyper sains qui ne mangeaient que bio, vegan et semblaient absolument métamorphosés par ce qui leur arrivait, j’ai fini par tout rejeter en bloc. J’ai repris la clope, j’ai eu des fréquentations clairement toxiques, j’ai mangé n’importe comment et je me suis fermée, même à mes amis les plus proches.

Ce que je ne comprenais pas à l’époque, c’est que pour être bien dans mon corps, j’avais un certain nombre de sujets à régler avec mon esprit pour pouvoir accepter pleinement les enseignements que je recevais.

On nous avait pourtant prévenu dès le début de l’année : une formation en naturopathie pouvait bouleverser toute une vie. Je ne pensais simplement pas que ce serait la mienne.

J’ai donc terminé ce bloc de formation au bout du rouleau, nerveusement & physiquement. Sous anti-dépresseurs et avec 5 kilos en moins sur mon poids de forme.

Le seul truc qui m’a sauvé à ce moment là c’est mes amis, dont une amie en particulier qui a pris soin de moi comme une mère. Et plutôt que de plonger, grâce à elle, j’ai mis fin à toutes les relations qui pourrissaient mon existence et ne reposaient que sur mes problèmes d’égo.

Au final, quand j’ai sorti la tête de l’eau – de Mai à Octobre

Etant maintenant débarrassée de mes boulets, et ayant mis mon ego de côté, j’ai enfin pu prendre pleinement conscience de ce qui m’était délivré.

J’avais enfin fait de la place pour accepter que l’important ce n’était pas d’être la personne la plus saine, la plus fit ou la plus brillante. Simplement de vivre avec des valeurs qui étaient les miennes et d’essayer chaque jour de faire un peu mieux.

Attention hein : je ne dis pas que ça a été facile. Il y a eu des hauts et des bas. Des rechutes et pas mal de questions qui restaient sans réponses. Mais je savais que j’avais passé un nouveau cap dans mon existence.

La vraie révélation – Mon bilan 1 an après

Je pense que ça se voit sur mon visage, dans mon attitude, et même dans mon travail : j’ai le sentiment d’avoir passé un cap depuis quelques mois.

Je suis sereine, je mange bien à nouveau, j’ai complètement arrêté de fumer et je suis dans une relation hyper saine qui ne laisse pas de place à mon ego.

J’ai changé aussi dans ma relation aux autres, dans ma façon de travailler et j’ai enfin accompli des choses qui me travaillaient psychologiquement depuis des années (quitter Paris, m’inscrire au permis de conduire, écrire un livre, méditer tous les jours sans exception…).

Attention hein, je suis encore super loin d’être parfaite, je mange encore trop de frites et je suis encore parfois très sujette aux blessures de l’égo ! Mais je sais au fond de moi, que ma formation de naturopathe m’a permis d’être plus en phase avec moi-même, et de ressentir beaucoup plus d’amour et d’empathie envers le monde qui m’entoure.

Voilà ce que j’ai appris. Et aussi à mieux manger, mieux dormir, mieux gérer mon stress et à aimer d’avantage les autres. Et rien que pour ça, ça valait le coup.

Et vous alors ? Est-ce que vous avez déjà expérimenté un changement de vie ? Est-ce qu’il a eu des conséquences sur tout le reste ? Je suis curieuse.

Vous aimerez aussi...